Les expositions à l'Arche


Expos temporaires


Marie-Laure Drillet - "Je t'avais bien dit ?!"

Exposition du 15 février au 24 mars

« Une femme revient à Saint-Pierre et Miquelon avec son amoureux pour lui présenter son île, sa famille, les lieux de son enfance...
Elle lui a tellement parlé de son pays qu'il arrive avec son lot de fantasmes, de rêves, et d'à priori... C’est ainsi que les "malentendus" et les "mal compris" liés aux expressions locales vont justifier cette série.
La plasticienne joue comme à son habitude avec les clichés mais, pour la première fois, elle détricote ceux qui se colportent sur ses îles natales, aussi mystérieuses que mal connues.  Comme toujours, l'humour, la tendresse et la malice arrondissent son propos. Et c’est avec la grâce et la légèreté qu’on lui connait qu’elle met enfin son archipel à l'honneur. »

http://www.marie-laure.com/

Article d'Henri Lafitte sur l'exposition : http://www.mathurin.com/2019/02/jtavais-bien-dit/

Horaires d'ouverture :
Lundi-vendredi : 08h30-12h00 / 13h30-17h00
Les sam. et dim. de février : 10h00-12h00 / 14h00-17h00
Les sam. de mars et dimanche 24 : 14h00-16h00

Informations sur les ateliers


Infos pratiques

Tarifs / Horaires ...

En savoir plus


Expos permanentes

« L’Anse à Henry : 5 000 ans d’histoire ! »

Le sol de l’Anse à Henry à Saint-Pierre a livré des vestiges préhistoriques qui font de ce lieu un site archéologique exceptionnel : il est le site de culture arctique le plus méridional connu, mais également l’unique site arctique sur l’ensemble du territoire français.
 
Ces vestiges témoignent d’une préhistoire remontant à près de 5 000 ans !  A travers les outils en pierre présentés, vous découvrirez les populations amérindiennes et paléoesquimaudes qui ont fréquenté le territoire avant la venue des européens.

 


« Deux siècles d’histoire à Saint-Pierre-et-Miquelon »

Printemps 1816, quelques centaines d’hommes et de femmes, survivants de la dernière expulsion, débarquent sur les côtes de l’archipel. Il faut tout reconstruire. Les conflits franco-anglais qui ont marqué la vie des habitants depuis plus de 100 ans viennent de prendre fin. Désormais le drapeau français y claque au vent pour longtemps. Construire, pêcher, commercer… on y vit, s’y installe avec espoir. Le travail est dur, le quotidien souvent difficile, mais les efforts ne sont pas vains : la seconde moitié du 19e siècle connait un fort développement économique et démographique. Par la suite, au 20e siècle, les aléas de l’industrie de la pêche vont confronter la population à des défis d’un genre nouveau.

Analyses historiques, photographies, objets anciens et documents d’archives, œuvres d’art et plus encore vous attendent pour vous transmettre tout ce qui fait de Saint-Pierre-et-Miquelon un lieu si unique…

 


« La guillotine »

La guillotine est l'instrument emblématique utilisé pour l'exécution de la peine capitale en France, notamment lors de la Révolution française. Les bois de justice n'ont servi qu'une seule fois dans l'Archipel, le 24 août 1889. La guillotine conservée et présentée à l'Arche arriva à Saint-Pierre un an plus tard et ne fut jamais utilisée. Il s'agit d'une occasion unique de voir une véritable guillotine, encore dans sa condition d'origine.